PRÉFECTURE DU LITTORAL : OROUNLA FERA T-IL OUBLIER TOBOULA ?

Après le bouillonnant Toboula et un préfet intérimaire plutôt effacé, le sulfureux Alain Orounla qui vient de perdre le poste de Ministre de la Communication et de la Poste, Porte-parole du gouvernement débarque à la préfecture du Littoral.

Toboula fut un préfet bulldozer et il aurait continué de tout raser sur son passage : les espaces publics illégalement occupés et les convenances si une affaire de lopin de terre ne l’avait conduit à élire domicile à la prison civile de Missérété.

C’est avec la manière forte que Toboula a réussi à faire libérer des espaces publics par des Cotonois récalcitrants. La fin justifiait les moyens. Aujourd’hui, certains de ces espaces ont été transfigurés et rendent la capitale économique plus attrayante. Mais il a gagné le désamour des Cotonois qui auraient aimé plus de noblesse dans la gestion de leur département.

Or, l’administration étant une continuité, Orounla devra poursuivre à sa façon l’œuvre de Toboula, notamment en matière d’amélioration du cadre de vie. Il faudrait pour commencer qu’il parvienne à faire admettre aux Cotonois l’idée de payer une poubelle de 25.000F pour maintenir propres les rues toboulées.

Or, le perroquet intelligent a un atout dans son bec : sa formation d’avocat, son éloquence incontestable. Il pourrait donc être un préfet aussi normal qu’efficace. A lui de donner une définition positive au verbe : orounler pour faire oublier tobouler.