BENIN : REINVENTER L’OPPOSITION

Alors qu’il y a désormais une loi sur le statut de l’opposition au Bénin  - votée certes dans des opposants- et qu’il y a  par conséquent un chef de file  de l’opposition, être opposant au Bénin, ce n’est pas encore la joie.

C’est déjà un job risqué, l’opposition, par ces temps de suspicion de terrorisme. 5 ans c’est 5 ans, est une phrase qui  porte la même charge qu’une bombe artisanale talibane.

Du coup, les opposants, modèrent leur ardeur. On parle d’opposition constructive. Comme si la mouvance était destructrice.

Deux choix s’offrent. Soit se taire et avoir la paix, soit se rapprocher toute honte bue du pouvoir afin d’avoir quelques miettes mais surtout la garantie de ne pas jouir d’un séjour toute frayeur payée à Missérété.

A quand remonte la dernière sortie de Restaurer l’espoir ou de Les démocrates ?  Que pense FCBE de l’augmentation du cout de la vie au Bénin ?  Le salut est dans la sagesse du silence.

Alors, peut-être s’agira-t-il de faire naitre une nouvelle opposition. Si bien sûr, il y a besoin d’opposition.

Le fait est que le peuple semble ne pas être acquis à cette opposition. Ou alors de fout-elle tout simplement de la politique ?

En tout cas, qui est descendu dans les rues pour protester contre  les intimidations contre les opposants ? Ces derniers sont-ils sur la même longueur d’onde que la population qu’ils prétendent défendre ?

Trop occupés à faire la guerre entre eux, les opposants n’auront jamais le temps de se pencher sur la question !