TALON 1 A TALON 2 : CE QUI NE CHANGERA PAS

TALON 1 A TALON 2 : CE QUI NE CHANGERA PAS Entre le « nouveau départ » et « le développement, ça y est ! », celui qui voit un « changement » n’aura tort qu’en surface. Dans le fond, le Bénin révélé poursuit sa route naturelle entre les mains de son pilote de président qu’il ne faudra plus appeler Agbonnon par désir de feinte. Fo Patou a solennellement rappelé, lors du discours prononcé après sa prestation de serment pour un second mandat Guidjo, qu’il sera ce qu’il a toujours été dans le coeur des adeptes de commérages : un homme au coeur de chien, qui court vite, qui reste égal à lui même ! Cela devient trop embarrassant de l’appeler par cet autre nom quand on souhaite se mettre en marge des radars de l’Office central de répression de la cybercriminalité (Ocrc) ou de sa marâtre, la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet). De talon 1 à Talon 2, ces balises aussi balèzes que Baloo, le vieux ours du livre de la jungle, ne changeront pas ; on est d’accord ?! De quoi rendre sages tous les sagittaires, agités, bien entendu.

Le grand camarade de lutte du « développement, ça est ! » n’aime pas les quiproquos. Pour cela, il a semblé toujours désigner les choses telles qu’il les conçoit pendant qu’il fait ses annonces sur ce qui sera. Le moindre que l’on puisse dire, c’est que le nouveau ancien président du Bénin isolé (les présidents de la sous-région continuent de bouder) en poste depuis bien plus longtemps que le commun des brailleurs ne le croit, n’aime pas les jeux de cache-cache. Même s’il ne fait pas tout ce qu’il jure Guidjooo, il ne s’éloigne que trop peu de ses propres concepts. Ce qui fait que la promesse d’un unique mandat présidentiel a pu, par exemple, se muer en un second et …ultime mandat sans fondamentalement changer dans son esprit l’art des promesses au lendemain contraignant, pour ceux qui y croient.

Sinon, pour ceux qui voient le verre à moitié plein, Talon 1 a fait annoncer que son équipe gouvernementale ne changera pas fondamentalement. Talon 2 a scrupuleusement tenu la promesse de ses flirts en s’en tenant au même nombre de ministre malgré l’arrivée de deux nouveaux poilus. C’est vrai que la seule surprise reste que le tontinier national a pris en grade, ce qui n’est pas un véritable changement en soi puisque le patron avait averti : la chasse aux impôts sera l’un des maîtremot du « développement, ça y est ! ».

ABASS